gallery/fdv
gallery/logo rond

QUESTIONS FREQUENTES :

Les terrariums sont-ils faciles d'entretien?
 

Voici une question cruciale que l'on me pose souvent.

Les médias, les jardineries, véhiculent une idée tendant à faire croire que vous adoptez un terrarium et que vous le laissez dans un coin de votre salon sans jamais vous en occuper. Cela est, désolé pour ceux qui n'ont pas du tout la main verte, partiellement faux.

La preuve: faites un petit tour dans votre jardinerie préférée et observer les terrariums libres de leur destin qui y sont disponibles depuis quelques semaines. Ils seront recouverts de traces opaques sur toute la surface du contenant, ce qui entrave l'apport lumineux nécessaire à la photosynthèse, les mousses seront desséchées, les plantes seront moisies à leurs extrémités, et bien souvent c'est le festival des mouches de terreau à l'intérieur.


L'écosystème qui régit votre terrarium est complexe. De nombreux critères font varier l'équilibre interne :

Cela dépend des plantes qui y vivent et des interactions entre elles. Certaines sont plus capricieuses que d'autres, plus sensibles à l'humidité et à la lumière.

Cela dépend aussi du contenant. Sa taille, sa forme, sa hauteur induisent une intensité variable de la condensation.

Cela dépend aussi de la quantité initiale d'eau présente lors de sa création.

Enfin, cela dépend de la situation de votre terrarium au sein de votre maison. Une variation de 1 ou 2 degrés, des courants d'air ou une lumière plus intense peuvent faire substantiellement varier la condensation et donc le risque de moisissures.


Dès lors que l'on prend en considération tous ces paramètres, il est impossible d'affirmer que l'entretien d'un terrarium fermé ne nécessitera pas d'intervention et de surveillance de votre part. Ceci est surtout vrai lors des toutes premières semaines, ou l'équilibre fragile au sein de son nouveau foyer n'est pas encore établi. Il faut donc veiller à ce que la condensation ne soit pas excessive (pas de grosses gouttelettes en continu sur la surface en verre), éviter le contact des tiges avec la paroi, écraser les mouches si vous en observez, nettoyer les secteurs où de la moisissure peut apparaître (branches, mousses, graviers, bourgeons).
Passé ce temps d'adaptation, ces désagréments vont progressivement disparaître et vous pourrez laisser d'avantage d'autonomie à votre terrarium.


Comme je le dis souvent : on acquiert pas un terrarium pour le laisser dans un coin et ne pas le regarder. C'est dans l'observation que l'intérêt principal y réside. Il va évoluer, faire des pousses, s'orienter, changer de couleurs et constituer son propre écosystème.
 

Comment acheter nos terrariums?

Considérant les éléments vivants qui constituent les terrariums et le fait qu'ils ne doivent pas être retournés pendant le transport, l'envoi est malheureusement impossible. Il faut donc venir récupérer les forêts de verre sur place à Lorry-lès-Metz (57 - Moselle) à 10 minutes de Metz.
Des livraisons sont possibles sur Metz ou à proximité (rayon de 10 km) en rajoutant 10€ au prix indiqué sur le site.
Vous pouvez me contacter par mail à foretdeverre@free.fr si vous souhaitez d'avantage de précisions.

 

NOUVEAU : Les terrariums sont maintenant disponibles à la livraison dans la plupart des grandes villes  en France Métropolitaine pour des tarifs allant de 15 à 25€. Le temps d'expédition vers votre domicile dépend des trajets du transporteurs et de votre lieu de livraison et oscille entre 1 à 3 semaines.

Quelle lumière idéale pour les terrariums?
 

Ils ne doivent jamais être exposés au rayonnement direct du soleil. Idéalement ils trouveront leur place à 1 ou 2 mètres maximum d'une fenêtre exposée au Nord.

Quelle fréquence d'arrosage?
 

Cela dépend de chaque terrarium, mais globalement quelques fois par an (de 2 à 6 ) sera suffisant, de manière parcimonieuse (100 à 300 ml pour un terrarium de taille moyenne). Les mousses sont relativement sensibles à l'absence d'eau et il faudra les arroser spécifiquement quand elles commenceront à devenir plus claires (mousse boule) ou ternes (mousse plate). Il est conseillé d'utiliser exclusivement de l'eau de pluie. L'eau de nos robinets est bien souvent trop riche en calcaire, et cela rendra les contenants en verre de plus en plus opaques à la longue.

La condensation
 

En fonction de la quantité de lumière, du lieu, de la température ambiante, des plantes présentes et de l'arrosage, votre forêt de verre peut présenter une buée excessive sur ses parois. Il est alors conseillé de retirer le couvercle et de laisser respirer le terrarium quelques heures. Renouvelez l’opération jusqu’à stabilisation de l’écosystème.
Libre à vous de laisser votre terrarium ouvert en continu, en compensant par un arrosage plus régulier, limitant ainsi dans le temps les traces de goutelettes provoquées par la condensation.

A quelle température doivent-ils vivre?
 

Ce sont des plantes tropicales qui habitent en majorité dans les contenants. Elles vivent donc dans des conditions d'humidité et de chaleur permanentes. Les températures doivent être comprises entre 16°C et 26°C. En été, si la température de vos maisons grimpe au-delà, pensez à laisser vos forêts de verre ouvertes, et surveillez l'humidité du terreau.

Quelle est la durée de vie des terrariums?
 

Un terrarium peut vivre plusieurs années si l'on respecte les consignes de base dans la page Concept.

Il faut cependant garder à l'esprit que le terreau qui constitue le socle de tous les terrariums finit par s'épuiser au bout de 4 à 5 ans ans comme pour toutes les plantes en pot, et qu'il faudra alors pallier les besoins des plantes avec un apport extérieur d'engrais.

La taille des plantes
 

Vous pouvez laisser faire la nature et observer la croissance des plantes tropicales à l'intérieur de leur bulle de verre. Certaines variétés, comme les lierres (Hedera Helix) et les larmes de bébé (Soleirolia Soleirolii) ont une croissance rapide dans des conditions optimales. Une pince spéciale de grande taille est fournie avec tous nos terrariums pour vous permettre de retirer de façon précise les parties qui seraient trop envahissantes.

 


Les hôtes indésirables

 

- Les mouches : C’est le nuisible le plus répandu dans les terrariums. Des minuscules mouches du terreau, appelées également sciarides, peuvent pondre sous la terre. Elles proviennent de votre maison, d’autres plantes, ou sont déjà présentes dans le terreau (le nôtre est traité en amont). Si vous en observez, le mieux est d’intervenir rapidement pour éviter leur prolifération. Vous pouvez les écraser avec les doigts contre la paroi, ou utiliser un produit biologique à base de pyréthrine pour les éliminer. Le désagrément est cependant purement esthétique. Les sciarides ne sont pas un danger pour les plantes.

- Les cochenilles : En principe vous ne devriez pas croiser leur présence dans nos terrariums, mais on n’est jamais à l’abri d’une cochenille farineuse récalcitrante. Vous pouvez les retirer manuellement, ou utiliser le même produit biologique que pour les mouches, type Solabiol, trouvable dans toutes les jardineries.

- La moisissure : Elle apparaît essentiellement sur les terrariums jeunes en cours de maturation ou lors d’un excès d’arrosage et de condensation. Les bois décoratifs et certaines pierres y sont plus sensibles. Il vous suffit de passer un petit bout d’essuie-tout enroulé sur votre pince pour la retirer. Vous pouvez utiliser, en adjonction, du vinaigre d’alcool, anti-bactérien naturel pour en venir à bout, tant que vous ne touchez pas les plantes et les mousses avec le produit.